AVERTISSEMENT

L'article que vous vous apprêtez à lire est parodique. Ce site n'a aucun lien direct ou indirect avec un média traditionnel, même s'il s'en moque allègrement. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Jour du dépassement : Depuis le 2 août, notre planète s’enrichit grâce à l’économie.

Depuis ce mercredi 2 août 2017 (jour du dépassement), la planète s’enrichit grâce au crédit en nature, que les hommes contractent, en investissant dans le capital biologique. Bonne nouvelle pour l’économie écologique, l’exploitation des ressources naturelles se ralentit et le capital de la Terre va mécaniquement augmenter.

—-

CROISSANCE DE L’EXPLOITATION. L’ONG Global Footprint calcule chaque année le «jour du dépassement», la fête internationale de l’échange équitable entre l’homme et la nature, mais surtout pour l’homme. Pour parvenir à ce résultat, l’homme doit «mettre les bouchées doubles» pour consommer toujours plus et toujours mieux. Le renouvellement de nos équipements High-tech, l’obsolescence programmée, sont autant d’exemples de mesures qui nous ont permis en seulement 7 ans de faire reculer cet indice d’une semaine. L’ONG arrive a cette conclusion par agrégation de données aussi variées que la production agricole mondiale, l’exploitation de bois et autres ressources. Mais aussi des données comme les émissions de gaz à effet de serre, la consommation des produits de haute technologie et pleins d’autres bidules un peu trop complexes pour nos lecteurs.

Dernier du classement, l’Inde, avec 0,6 planètes. Ce chiffre doit être compris ainsi : «Si la population mondiale consommait en moyenne autant que la population indienne, alors les ressources de 0,6 planètes Terre suffiraient». Il nous resterait donc beaucoup de matières premières à exploiter, et la Terre pourrait ne jamais s’enrichir. A titre de comparaison, il faudrait 3 planètes Terre pour subvenir aux besoins d’une planète peuplée uniquement de Français. C’est pas mal, mais nous restons derrière la Corée du Sud et loin derrière les leaders que sont l’Australie et États-Unis.

Selon l’ONG, il s’agit d’une dette que l’espèce humaine contracte auprès de la nature. Mais si ces données sont fiables, il n’en demeure pas moins que la conclusion de cette ONG (plutôt classée à gauche, évidemment, c’est une ONG) peut être biaisée par une appréhension trop idéologique du capitalisme.


L’empreinte écologique des différents pays. © Global Footprint

La Terre, première banque naturelle de l’activité humaine

Question de point de vue ? Le communiqué commun de Global Footprint et du WWF est alarmiste. Mais traduire par une date le capital-régénération de la planète est bien trop simpliste. Le poids de l’activité humaine sur les écosystèmes est sans doute bien réel. Mais cet emprunt que nous faisons à la nature pourrait être considéré comme un investissement sur le très long terme que fait la planète. En effet, l’espèce humaine sur Terre, c’est un peu comme les Lannister de Game of Thrones : nous payons toujours nos dettes. Tous les pays paieront un jour ou l’autre leurs dettes aux banques, il en va de même pour la nature.


Les « jours du dépassement » depuis 1969. © Global footprint

Make Ecology Great Again

Emmanuel Macron, tout le monde le sait, était le candidat de l’écologie. D’ailleurs, il a même serré très fort la main de Donald Trump pour montrer qu’il était le boss. Macron veut que tout le monde réussisse. Mais aussi que le monde lui même, que la planète, réussisse. Le président français a ainsi ordonné d’étudier comment libérer enfin l’air. Rappelons d’ailleurs qu’il brasse beaucoup d’air pendant ses discours, ce qui est volontaire.

Il a donc demandé à Nicolas Hulot de réfléchir à plusieurs projets de grande envergure. L’un deux concernerait des aides pour le développement de bars à oxygène en France, un marché qui stagne car l’air n’est pas (encore) assez pollué. En devenant des valeurs marchandes, les ressources naturelles seront donc plus précieuses, le gaspillage sera évité. Si en plus il y a de l’argent à se faire, c’est du gagnant-gagnant pour tout le monde. C’est d’ailleurs la position que tenait le philosophe/ex-PDG de Nestlé Peter Brabeck à propos de l’eau, qui doit être appréhendée comme une marchandise. Hélas, peu de temps après sa déclaration, l’eau a été déclarée comme faisant partie des droits de l’homme par l’ONU (mais rien n’est gravé dans le marbre).

Pour inciter chaque individu à agir, le WWF et Global Footprint lancent le mouvement #movethedate pour faire reculer le jour du dépassement. Global Footprint vient par ailleurs de lancer une application mobile pour calculer son empreinte écologique.

Quoi qu’il en soit, Nous vivons sur la planète Terre à son crédit : L’humanité utilise en 7 mois toutes les ressources produites par la terre en 1 an. C’est la preuve indéniable que le capitalisme est tout à fait naturel, et donc bon pour la santé.

L’opposition encore dans l’opposition

Les insoumis se sont souvent vantés de leur programme  soi-disant écologique. Citons par exemple l’inscription de la règle verte dans la constitution (pour empêcher la nature de gagner de l’argent). Que font-ils maintenant ? Eh bien ils rendent malades tout le monde à force de poser des questions compliquées pendant les vacances, en embêtant l’un des fondateurs de la fondation Rhone-Poulenc-Hulot, Nicolas Hulot. Pourquoi ne peuvent-ils pas s’appliquer leurs idées et limiter la consommation d’oxygène en causant un peu moins ?

Inspiration : science et avenir

Faites tourner la désinfo!
  •  
  •  
  •  
A propos de Christophe Barbant 3 Articles
Christophe Barbant, né le 14 novembre 1984 à Paris (France). Aucun lien familial avec le célèbre chroniqueur, journaliste, comédien et porteur d'écharpe rouge Christophe Barbier. Depuis la naissance d'Emmanuel Macron, j'ai toujours su que ce futur grand homme sortirait notre beau pays de la crise économique dans lequel il est plongé à cause des gouvernements bolcheviques successifs de François Mitterand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Ce qui ne m'a pas empêché de leur vouer une admiration sans faille quand ils étaient présidents, mais le passé est le passé. J'ai été le chef du service politique d'un grand journal à partir de 1996, avant d'en être le directeur de la rédaction en 2006 parce que personne d'autre n'était disponible. C'est à partir de cette période que ce journal à le mieux marché, avec des articles d'analyses politiques de qualité. Je ne comprends donc pas que les ventes n'aient pas suivi, avec un déficit toujours plus important chaque année jusqu'à mon départ en 2016. La diffusion du magazine est passée de 538 798 exemplaires vendus à 300 004, mais tout cela importe peu. J'ai rejoint le sévice public (oui oui, y'a pas de faute) et FranceTVDésinfo en juin 2017. Je suis très excité à l'idée de lier travail et plaisir au sein de cette rédaction tout à fait acquise à notre président élu avec 18,1% de voix en sa faveur, et ce dès le premier tour !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


WordPress spam bloqué par CleanTalk.