AVERTISSEMENT

L'article que vous vous apprêtez à lire est parodique. Ce site n'a aucun lien direct ou indirect avec un média traditionnel, même s'il s'en moque allègrement. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Trop gros, trop lourd: Macron veut flexibiliser le dictionnaire

D’après un rapport accablant de la Cour des Termes, des Mots et du Vocabulaire, le dictionnaire français contient trop de définitions. Trop gros, trop rigide, il empêche le développement de la langue, accable les personnes dyslexiques et freine les jeunes qui tentent d’innover.

La faillite du verlan

On le voit notamment avec le verlan, qui était pourtant très à la mode dans les années 90. Aujourd’hui tombée en désuétude, cette pourtant brillante innovation issue des cités n’a pas tenu sur la longueur. Pour Kevin, militant En Marche, c’est la preuve que le dictionnaire n’est plus adapté à la réalité de notre temps « Le verlan, ça aurait dû marcher. Tout le monde l’utilisait, même encore aujourd’hui, tout autour de moi je  continue d’entendre « mais teflû quoi, je suis vraiment trop pas tencon » et pourtant, ça n’est jamais entré dans le dictionnaire. Notre système est trop rigide, les mots de nos jours sont bien trop protégés et cela empêche les mots qui ne sont rien de devenir quelque chose ». Mais alors quelles solutions ?

Le modèle allemand

Pour les spécialistes entourant Emmanuel Macron, pas la peine de réinventer la roue. Il suffit de s’inspirer du modèle allemand, qui permet la création de concepts par la combinaison de plusieurs mots. Ainsi on pourra réduire le nombre de mots dans le dictionnaire, sans pour autant perdre le sens qu’ils recouvraient. Le président Macron a d’ailleurs voulu montrer l’exemple avec le concept de « flexisécurité », résultant de la combinaison des mots « flexibilité » et « sécurité ». Ce concept signifie la garantie d’avoir un travail pourvu que l’on soit disposé à faire Paris-Marseille chaque matin, ce qui est tout à fait  inOuï.

Pour le gouvernement, c’est aussi l’occasion de dépoussiérer des concepts qui ont fait leurs preuves, mais qui sont mal aimés, à tort, par le peuple français. On citera à titre d’exemple le mot « licenciement », trop fortement chargé, qui sera supprimé du dictionnaire mais qui pourra se dire « salariélibéré », ce qui est tout de même plus positif et optimiste, à l’image de notre président. Suivant ce principe, la dictature, un bien vilain mot, devient la flexidémocratie. Le travailleur pauvre, c’est le nonchômeur ou le nonparasite ou encore,  le mieuxquerien.  Ainsi, on se rend rapidement compte des avantages de la flexibilisation du dictionnaire, qui va enfin  permettre à ce peuple français bien trop grincheux de penser plus positif, de penser… printemps !

A bas les codes !

Après le code du travail et le dictionnaire, Emmanuel Macron  envisagerait d’aller beaucoup plus loin en s’attaquant à tous les autres codes, avec en particulier, l’épineux  code de la route. D’après une source secrète, il y aurait même un projet de loi concernant le pire de tous les codes: le code secret de la carte de crédit. Francetvdésinfo: va mener l’enquête.

 

Faites tourner la désinfo!
  •  
  •  
  •  
A propos de Alain Demamelle 24 Articles
Je pense que le journalisme actuel n’est pas adapté à la réalité des faits. C’est pourquoi j’ai choisi d’exercer mon métier chez francetvdésinfo, où j’ai pu trouver une éthique professionnelle à la hauteur de mes exigences, ainsi qu’une équipe qui m’apprécie tel que je suis: patriote (Vive la France!), digne (je porte même la cravate pour dormir), mamelu (obviously), mais surtout, dix-lequesique.